La vie de Saint Dié était ponctuée par des fêtes qui sont encore bien ancrées dans la mémoire des résidents.
Les deux grandes fêtes duraient trois semaines : la première, le premier dimanche avant le 14 juillet et la deuxième, pour la Saint Martin, le 11 novembre.
« on invitait nos familles pour aller ensemble à la fête, sur les manèges. Il y avait les cris-cris, les chevaux de bois, les stands de tir, la pêche à la ligne, la chenille qui passait dans un tunnel et la grande roue de Paris »

499098-le-vieux-paris-vu-par-les-lecteurs

« moi, je n’y allais pas, je n’avais pas la permission et puis j’avais pas les moyens »
« on était gourmands : on mangeait des pommes d’amour, du nougat, de la guimauve, des berlingots »

6096194973_1849a0283a_b

 

Il y avait aussi les kermesses, elles duraient trois jours. Elles étaient organisées par les associations.
En septembre, la braderie déballait ses commerces.
Et puis, il y avait Saint Nicolas, mais là, c’est une autre histoire ….